Logotype du Conseil Régional Poitou-Charentes
 
 

La parole citoyenne contre les changements climatiques

Dans le cadre de la COP21 Paris 2015, la Région Poitou-Charentes et ses partenaires ont organisé 30 forums participatifs territorialisés afin de mobiliser l'intelligence et les énergies collectives. Plus de 1500 personnes ont participé à ces débats, apportant leur réflexion à la contribution générale présentée ici.

Du 30 septembre au 26 novembre, en lien avec la DRAAF, le rectorat, les collectivités territoriales, l'Espace Pierre Mendès France, le Centre Edgar Morin et les partenaires associatifs ; acteurs issus du monde académique et universitaire, artistes, élus locaux, sont allés à la rencontre des habitants. Ces moments artistiques et de culture scientifique ont facilité l'émergence de débats publics dans lesquels expertise technique et expertise d'usage furent complémentaires. En effet, la participation citoyenne éclairée par les sciences humaines, les sciences fondamentales et appliquées, l'émotion artistique, favorise la construction d'une responsabilité collective, terreau fertile, pour la mise en œuvre de propositions concrètes.

Tous concernés, tous acteurs, plus qu'un slogan, une réalité.

Lors de ces conférences, plus de 1500 citoyens se sont mobilisés sur des thématiques telles que : « les nouveaux modèles de croissance économique », « la mobilité », « les migrations climatiques », « la reconquête du milieu rural », « la transition énergétique », « les enjeux de la participation citoyenne dans les négociations internationales » ou encore « l'impact des changements climatiques sur la viticulture ». A l'issue de chaque forum, un questionnaire anonyme a été proposé aux participants afin qu'ils puissent s'exprimer librement. Les résultats sont communiqués ci-dessous.

Voici la répartition par sexe, par âge et par catégorie socio-professionnelle des répondants :



Ces conférences ont révélé une forte préoccupation sur les questions climatiques chez les citoyens. Conscients des enjeux qui se jouent, les habitants ont souhaité, dans ces arènes publiques qui leurs ont été offertes, alerter les décideurs publics sur les mesures à prendre rapidement, mais également interpeller la population sur ce qu'elle peut faire individuellement.


Au cours des débats, les approches adaptation et/ou atténuation sont apparues bien plus complémentaires que concurrentes. Certains citoyens ont évoqué, avec regret, que l'approche environnementale soit souvent réalisée de manière culpabilisante et catastrophique. Selon eux, la culpabilisation n'est pas toujours gage de responsabilisation. En témoigne les priorités des français, dans un sondage de l'IFOP de mai 2015, dans lequel la protection de l'environnement arrive loin derrière les questions d'emploi, d'éducation, de pouvoir d'achat, de réduction de la dette publique et de sécurité. Paradoxalement, un sondage Harris Interactive, réalisé en octobre 2015, nous informe que 88 % des français pensent que les choses n'avancent pas et presque autant (87%) estiment que la France doit agir même si les autres pays ne le font pas et même si cela représente un coût élevé dans les prochaines années. Cet impératif d'actions, réclamé par les citoyens aux décideurs publics, a largement été évoqué lors des débats.

En outre, les responsabilités individuelles n'ont pas pour autant été occultées lors des débats. Qu'il s'agisse des actions quotidiennes, dans l'espace domestique comme dans l'espace public, ou encore de façon macro, la nécessaire transition écologique implique, selon les participants, un changement radical de nos façons de faire et de vivre au nom de la nécessaire préservation de l'environnement pour les générations à venir. Un consensus s'est rapidement opéré pour revendiquer qu'il s'agit bien de l'avenir de l'humanité qui est en jeu et pas uniquement de la planète.
L'actualité a également éclairé les débats. Les citoyens participants sont sensibles aux questions des migrations climatiques, sans distinction entre réfugiés climatiques et réfugiés de guerre. En effet, c'est le déséquilibre de l'accès aux ressources alimentaires, en eau et de santé, qui sont sources de conflits. Les déplacements des populations forcées s'effectuent bien plus entre pays du sud, que dans des rapports sud/nord.
Les participants attirent l'attention des élus sur la notion de partage des richesses pour lutter contre les inégalités, qui sont elles mêmes source de problèmes à court terme.
Enfin, les citoyens remercient la Région de leur donner l'occasion de pouvoir s'exprimer et attendent de cette dernière une prise en compte réelle de leurs préoccupations.
C'est pourquoi, ils formulent, à l'attention de Monsieur le Président de Région, différentes propositions :

 

Éducation, sensibilisation, formation

« Il serait intéressant de faire participer nos jeunes, lycées, collèges, universités aux différents débats, et mobiliser les enseignants. Ils sont l'avenir, c'est par eux que le message peut le mieux passer. » - Un producteur exploitant, Cherves-Richemont
« Les forums participatifs doivent être développer pour une meilleure prise en compte de ce phénomène. » - Un étudiant, Cherves-Richemont
« Il me semble que l’égoïsme personnel, local, régional, est un frein important à l'évolution. Il est évident que l'éducation est à la base de tout. » - Un retraité, Cherves-Richemont
« Merci pour ces forums qui nous permettent de nous conscientiser. », Une retraité,  Angoulême
« Éduquons nos enfants et nos petits enfants sur deux aspects : la nourriture est sacrée et le respect de l'environnement est essentiel. », Une retraité, Saint Pierre d'Oléron
« Je souhaiterais être mieux informées des choix et évolutions des prises de position à tous les échelons (local, régional, européen, mondial) pour lutter contre ces effets de serre. » - Une retraité, Saint Pierre d'Oléron
« Faire circuler le film « Sacrée croissance » dans les écoles et associations » - Une enseignante, Pays des 6 Vallées
« Notre génération doit éduquer la jeune génération, qui ne veut pas sortir de cette société de consommation. Il est plus intéressant d'éduquer nos politiques sur ce danger et voir avec l'éducation nationale pour ouvrir les yeux de nos enfants. », Un employé, Pays des 6 Vallées
« Rien ne sera possible sans une prise de conscience massive des citoyens. » - Un étudiant, Pays des 6 Vallées
« Mettre en avant le développement soutenable dans les programmes éducatifs, en passant à des choses très concrètes. Exemple : un jardin dans chaque école, collège, centre de loisir. » - Une étudiante, Pays des 6 Vallées
« Il faut changer les mentalités. Ce qui est commun est sous notre responsabilité :
- décroissance dès la maternelle
- et croissance des responsabilités et des réjouissance collectives. » - Une retraitée, Vouneuil-sous-biard
« Développer les forums participatifs dans les écoles. » - Une employée, Vouneuil-sous-biard
« Les échanges sont toujours très intéressant, cela nous permet de nous remotiver. » - Une employée, Vouneuil-sous-biard
« Créer dans chaque collège une petite station météo pour préparer les enfants à une meilleure connaissance du climat. » - Un retraité, La Rochelle
« L'éducation scientifique doit être une première vraie clé de communication sur ce sujet en direction des citoyens car ces sujets sont difficiles à comprendre pour la plupart des gens, ce qui ne donne pas envie de rentrer et de s'impliquer dans le débat. » - Un cadre, Montendre

Préservation des ressources

« Réduire nos consommations (énergie, biens manufacturés, etc) et remettre en question le dogme de la croissance économique infinie dans un monde fini. » - Un employé, Vouneuil-sous-biard

Mise en place d'un modèle économique alternatif

« Il est nécessaire de consommer localement et pas spécifiquement au niveau de la nourriture, mais aussi valoriser la richesse locale comme la production de meuble, qui valorise le savoir-faire local. » - Un employé, Angoulême
« Pratiquement tout est à ré-envisager, surtout de la part des gros pollueurs. Même si je suis tout à fait d'accord pour prendre ma part comme le colibri de Pierre Rabbhy. Un changement radical basé sur l'humain pourrait créer des emplois. » - Une retraité, Saint Pierre d'Oléron
« On ne devrait plus rien produire qui ne soit recyclable, c'est tellement évident que cela semble aberrant que l'on ai fait ces choses là. Ne plus utiliser de ressources naturelles non renouvelables, favoriser la consommation locale, tout ce qui est fabriqué doit être recyclable, recyclé, réparable. » -  Une employée, Pays des 6 Vallées
« Développer les monnaies locales. » - Une retraitée, Pays des 6 Vallées
« Suppression des centrales nucléaires en France. » - Une employée, Montendre
« Développer les énergies renouvelables », Un lycéen, Surgères
« Il faudrait que nos pouvoirs publics arrêtent de voir une rentabilité économique partout et voient avant tout l'intérêt des citoyens. » - Un étudiant, Surgères

Actions de la société civile

« Il est important de mieux trier, et d'améliorer le lien social autour d'un projet commun lié à l'environnement. Apprécions les plaisirs simples... » - Un ouvrier, Cherves-Richemont
« Décision du jour : mon mari va transformer la pelouse en jardin potager ! » - Un enseignant, Pays des 6 Vallées
« Adopter des modes de déplacements plus respectueux de l'environnement. » - Un étudiant, Poitiers
« Les politiques ont une vision trop intéressée sur cette question, les grands groupes financiers vous mènent pour leurs intérêts à défendre. Le pouvoir ne rime pas du tout avec respect de l'environnement, les questions de réchauffement climatique et les lois qui pourraient en découler ne doivent pas passer par eux mais par les citoyens. » - Une employée, Montendre
« Vive la décroissance ! Montrez nous encore plus, que même à notre échelle, nous avons encore plus de pouvoir qu'on ne le croit. », Un étudiant, Surgères
« Il faut prendre des mesures, mais des bonnes et avec l'accord de chaque citoyen. Une mesure prise par l’État ou par un groupe de personnes n'est pas toujours une bonne solution. Il faut y réfléchir tous ensemble. » - Une étudiante, Surgères

Actions du monde agricole

« Il faut changer la façon de produire et revoir les rendements demandés aux exploitants. » - Un étudiant en lycée agricole, Cherves-Richemont
« Stop à l'agriculture productiviste, pollueuse de l'environnement et des nappes phréatiques. Pour une agriculture péri-urbaine, bio et créatrice d'emplois. » - Un retraité « actif », Saint Jean D'Angély
« Je ne suis pas pour une agriculture bio, ni pour une agriculture intensive. Je suis pour une agriculture raisonnée. L'agriculture intensive abuse et l'agriculture bio engendre des excès de mycotoxines, qui sont nocives pour l'homme et les animaux. Il faut trouver un juste milieu, à savoir une agriculture raisonnée pour limiter les produits phytosanitaires et pour produire moins de CO2 » - Une élève de seconde professionnelle, Venours

Actions des collectivités

« Mettre les transports en commun gratuits, efficaces et fréquents, dans les collectivités rurales. » - Une étudiante, Pays des 6 Vallées
« Il conviendra de développer des réflexions novatrices, sur des thématiques ciblées (tris sélectif des déchets, recyclage des équipements. ». - Une cadre supérieure, Saint Jean d'Angély
« Stop à l'incinérateur de Paillé ! Et bravo à la multiplication des éoliennes localement, malgré les oppositions ignorantes. » - Un retraité,  Saint Jean d'Angély
« Nécessité d'isoler l'habitat social ancien. » - Un retraité, La Rochelle
« Sur la ville de La Rochelle, il fait très chaud dans les salles municipales (salle de gym par exemple) et en ce moment on ouvre les fenêtres ! A quand des chauffages régulés pour montrer l'exemple ? - Une demandeur d'emploi, La Rochelle
« La situation climatique est grave : prévoyez une formation des élus locaux pour encourager les citoyens et impulser des initiatives concrètes dans les secteurs de l’habitat, de l'énergie, les monnaies locales, transport, AMAP, biodiversité. » - Une retraitée, Pays des 6 Vallées
« Les actions doivent être menées au plus près de la population, à l'échelle des villes ou des quartiers. Chacun doit pouvoir mesurer dans son quotidien les conséquences positives des mesures prises et des efforts effectués. Des relais peuvent être instaurés pour mener des actions de sensibilisation au plus près de la population. » - Une cadre, Pays des 6 Vallées
« Cessez de porter des projets de financements de chaudière bois pour des énergies sans émission de CO2 (Marée Motrice). » - Une cadre supérieure, Vouneuil-sous-biard
« Travailler sur des projets d'éco-quartiers afin de faire travailler les citoyens sur des projets d'aménagements locaux plutôt que des cabinets urbains qui ne vivent pas sur place. » - Une employée, Thouars
« Installation d'équipements au sein des domiciles pour une meilleure maîtrise des consommations énergétiques. » - Un retraité, La Rochelle
« Absence de transports en commun en milieu rural. Il faut développer le co-voiturage et le vélo. » - Un retraité, Montendre
« Consulter les citoyens plus régulièrement de manière participative. » - Une employée,  Montendre
« Je pense sincèrement que les forums participatifs peuvent être le meilleur moyen d'impliquer les citoyens dans les grandes questions sociales, environnementales et économiques, mais il faut alors réellement prendre en compte notre parole et nos avis dans la prise de décision. La participation oui, mais dans la décision, pas dans l'information. » - Une employée, Montendre
« Pas de changement possible, tant que le citoyen n'a pas de pouvoir de décision. Une prise de conscience par la société civile est impossible tant que la parole n'appartient qu'à la technocratie. » - Un employé, Montendre
« Il faut taxer les déchets ménagers au poids. » - Un retraité, Blanzac Porcheresse

Actions de l’État

« De façon générale, le développement durable doit devenir un axe stratégique de développement, orienté par le gouvernement et décliné dans ses actions : impôts, entreprises, éducation, innovation, etc. » - Une cadre supérieure, Cherves-Richemont
« Nécessité de gérer au niveau mondial les déchets et les financements entre pays pauvres et pays riches qui restent un enjeux de taille pour la COP21. » - Un retraité, La Rochelle
« Que les décisions prises lors des différentes COP soient vraiment prises ! Avoir une vraie confrontation citoyenne et politique face aux lobbies industriels et spéculatifs divers. » - Un artisan,  Angoulême
« Je pense qu'il faut agir vite et tous azimuts ! Il faut imposer des contraintes au niveau des transports, de l'agriculture, gourmande en énergie et intrants chimiques. L’État doit lancer des campagnes d'informations via les chaînes publiques afin de neutraliser les lobbies des multinationales. » - Un enseignant, Pays des 6 Vallées
« Ne pas oublier que notre PIB se félicite de l'augmentation des ventes d'armes ! Cela augmente la pollution et alimente les conflits. » - Un retraité, Pays des 6 Vallées
« Aide à l'achat de véhicules moins polluants. » - Un employé, La Rochelle
« Nécessité de développer le ferroutage, assez de camions sur les routes. » - Un artisan, Montendre
« Je me sens très concernée : à quand des réalisations concrètes (énergies bio?), à quand un vrai partage des richesses pour un vrai vivre ensemble ? » - Une retraitée, Montendre
« Je trouve les pouvoirs publics et notamment l’État français trop frileux sur les questions de l'environnement. » - Une demandeur d'emploi,  Montendre
« Il faut imposer de nouvelles réglementations au niveau industriel et créer plus de réserves naturelles. Préserver l'environnement, c'est agir pour le social. » - Un étudiant, Surgères

Recherches scientifiques

« Il convient de poursuivre et développer la recherche concrète d'une adaptation des végétaux au réchauffement climatique. » - Un étudiant, Cherves-Richemont
« Nécessité de stocker l'électricité. », Un cadre supérieur – Thouars

Paroles de sceptiques

« Il y a des phases climatiques en dent de scie. On est aujourd'hui en période de réchauffement, pas forcément durable. » - Un retraité d'agriculture, Cherves-Richemont
« Bien sur qu'il faut tout faire et que l'on s'y emploiera ! Je me dis quand même qu'après l'époque glacière, le réchauffement a bien débuté avant que le premier homme ait commencé à polluer ! Cela sera donc difficile d'infléchir ce phénomène. » - Une retraité, Saint Jean d'Angély
« Tous ces forums, réunions, n'auront aucun impact sur la COP21, nous ne leurrons pas… Y compris la remonté de ces questionnaires. » - Une cadre, La Rochelle
« Tant que l'argent guidera le monde, il n'y aura pas d'espoir. » - Une retraitée de l'enseignement, Pays des 6 Vallées
« Espérons que les avis des citoyens soient utilisés, pas comme les enquêtes d'utilité publique… exemple TGV. » - Une employée, Pays des 6 Vallées
« Les gros intérêts sont un frein à des avancées significatives. » - Homme de profession libéral, Niort
« Construire un nouvel aéroport qui détruit toute une biodiversité pour polluer encore plus est un non sens. C'est hypocrite de la part des politiques qui disent s'inquiéter de nos conditions de vie et du réchauffement climatique. » - Une employée, Montendre
« Le changement climatique a un coût, mais tous les citoyens en ont-ils les moyens ? » - Un retraité, Montendre
« Les grandes entreprises ne vont jamais réduire leurs productions pour mieux considérer l'environnement. Certaines seront pour une soutenabilité forte et d'autres faible. Le bonheur des uns fait le malheur des autres. » - Une étudiante, Surgères
Mot(s) clé(s) : COP21 , forums participatifs
Modifié le 16 déc. 2015
Créé le 10 déc. 2015
Retour aux actualités