Logotype du Conseil Régional Poitou-Charentes
 

Le poids des activités économiques agricoles et maritimes

Bien qu'elle ne représente que 6,4 % de la Superficie Agricole Utilisée (SAU) nationale, le Poitou-Charentes avec 68 % de la superficie régionale en terres agricoles, est caractérisé par une dominante agricole et rurale où les productions animales et végétales restent prédominantes.

29 600 exploitations dont 18 700 dites professionnelles et 41 330 emplois en agriculture

Depuis 2000, la baisse du nombre d'exploitations se poursuit à un rythme annuel de 2,8% par an. L'ensemble des activités agricoles faisait vivre 29 600 exploitations agricoles en 2005 représentant 41 330 emplois dont 60% sont chefs d'exploitations ou co-exploitants. Ces exploitations situées pour 71% d'entre elles dans l'espace rural s'orientent sur des productions céréalière, viticole et d'élevage bovin, ovin et caprin.

Près de 60% de ces structures prennent la forme d'exploitations individuelles, dont la taille moyenne est située entre 50 et 100 hectares.

En 2005, près de 70% de ces actifs avait entre 40 et 60 ans, ce qui pose la question du renouvellement de cette population professionnelle. 

Le poids des activités maritimes conchylicoles et pêche

Malgré la baisse de sa production depuis 2002, la région Poitou-Charentes est fortement marquée par l'activité économique du premier bassin européen ostréicole avec 21,4 % de la production nationale, répartie sur près de 60 communes littorales.

A elles deux, les filières aquacole et halieutique rassemblent un tissu économique de plus de 1600 entreprises et représentent un gisement d'emplois d'environ 4200 équivalents temps plein auxquels il convient d'ajouter des emplois indirects estimés à plus du double.

1ère région caprine et 2ème région ovine

chevre Avec 271 000 chèvres, soit 32 % du troupeau français, la région est la première région caprine européenne. La filière a su se moderniser et aujourd'hui ses fromages se vendent au niveau européen.

En revanche, le cheptel ovin allaitant ne représente plus que 9 % du cheptel national, avec une perte en région deux fois plus forte qu'au niveau national depuis 1990, malgré les efforts qualitatifs de la filière, compte-tenu des prix attractifs des produits importés. L'élevage de la région Poitou-Charentes occupe le 4ème rang national mais malgré tout, sa viande reste une caractéristique régionale reconnue à travers une Indication Géographique Protégée.

Avec une stabilité du cheptel autour de 772 000 têtes, la filière bovine allaitante régionale représente 5,2 % du troupeau national. Ces exploitations se spécialisent sur le naissage avec une augmentation de la taille moyenne des troupeaux. Les effectifs en vaches laitières quant à eux diminuent malgré l'augmentation de la production par vache et représente 2,8% de l'effectif du cheptel national.

Les spécificités régionales lait et viande

La prééminence caprine de l'élevage régional se retrouve naturellement au niveau des productions laitières : si 3,1 % seulement du lait de vache est récolté en région, la part du Poitou-Charentes dans la production de lait de chèvre atteint 38 % du total national. La destination principale du lait de chèvre est l'industrie et seulement 5% des volumes sont valorisés en production fermière.

Le secteur « viande » régional représente quant à lui près de 30 % de la production nationale de viande de lapin (avec 15 855 tonnes produites annuellement), 16,4 % de la production de viande ovine (avec 16 310 tonnes), et 6 % de la production de viande porcine.

2ème région céréalière

colza Les productions végétales en région reflètent également la vocation agricole du Poitou-Charentes et sa nouvelle orientation.

Avec 7 exploitations sur 10 qui produisent des céréales, le secteur céréalier régional représente 8 % de la production nationale de blé tendre et près de 10 % de celui du maïs-grain, avec des surfaces respectives de 381 350 et 148 350 hectares. Les surfaces en maïs-grain irrigué quant à elles diminuent.

Le Poitou-Charentes assure 12,6 % de la production nationale en oléagineux. Les surfaces en tournesol représentent 165 250 hectares et le colza couvre 118 250 hectares.

La forte augmentation des cultures énergétiques en colza, tournesol et blé éthanol en 2007, est un fait marquant pour la région Poitou-Charentes.

La viticulture

chevreLa vigne du Poitou-Charentes occupe une place à part puisqu'elle a pour destination principale la production de vins pour la distillation. Le vignoble du Cognac, mondialement connu, couvre 86 261 hectares, travaillés par 6 400 exploitations. 18 500 emplois sont liés à l'activité Cognac, qui en valeur constitue le premier chiffre d'affaire à l'exportation de la Région.

Le melon : 1ère région productrice

Le Poitou-Charentes est la première région française productrice de melons malgré des années de récolte difficile. Le tiers de la superficie et de la production nationale sont en Poitou-Charentes. Les 80 000 tonnes produites annuellement en région dont près de la moitié récoltée par des entreprises des Deux-Sèvres, génèrent près de 1 400 emplois en équivalent temps plein. Le melon du Haut-Poitou, avec une production annuelle de 20 000 tonnes a été le premier melon certifié en France en 1996 et il a obtenu l'Indication Géographique Protégée en 1998 au niveau européen.

Le bois

Les 447 600 hectares boisés de la Région qui ne représentent que 3 % de la forêt française, assurent 1,6 % de la production nationale de bois d'œvre (mais néanmoins 9,3 % de celle du peuplier) et 2,7 % de la production de bois d'industrie.

La conchyliculture

bourcefranc-la-chapus La conchyliculture représente à elle seule plus de 3 500 personnes en équivalent temps plein. Avec une production annuelle de plus de 60 000 tonnes de coquillages qui représente 44 % des ventes nationales, le Poitou-Charentes est au premier rang national pour les coquillages et le bassin ostréicole de Marennes-Oléron est le plus important d'Europe.

En 2009, ce bassin s'est vu attribuer une « Identification Géographique Protégée » (IGP). La zone de production mytilicole de la Baie de l'Aiguillon, avec ses bouchots, est également un bassin conchylicole important pour la région et c'est dans cet espace qu'ont été développés les premiers élevages de moules en pleine mer sur filières (technique d'élevage en suspension).

La filière halieutique

Plus modeste, elle rassemble 340 navires de pêche artisanale employant environ 800 marins. L'activité de cette flottille est concentrée sur les criées de La Cotinière, La Rochelle et Royan où se débarquent un peu plus de 8 000 tonnes de poissons, en baisse sauf pour le port de la Cotinière.

 

Mot(s) clé(s) : agriculture , agriculture, pêche
Créé le 15 avr. 2013