Logotype du Conseil Régional Poitou-Charentes
 

Ségolène Royal, Présidente de la Région Poitou-Charentes

Photo officielle de Ségolène Royal - juillet 2011

La liste conduite par Ségolène Royal a remporté les élections régionales des 14 et 21 mars 2010, par plus de 61 % des suffrages exprimés au second tour. Ségolène Royal a été élue Présidente de la Région Poitou-Charentes le 26 mars. Ségolène Royal se succède ainsi à elle-même, après une première élection à la tête de la Région Poitou-Charentes en 2004.

Présidente de la Région Poitou-Charentes depuis 2004, Ségolène Royal a fait du territoire régional une terre d’excellence environnementale. C’est sur cet engagement politique qu’elle a été réélue en 2010.


Ségolène Royal a été pendant quinze ans députée du département des Deux-Sèvres. Elle a été trois fois ministre : de l’environnement (1992-1993), de l’enseignement scolaire (1997-2000), de la famille, de l’enfance et des personnes handicapées (2000-2002). Elle a été candidate à l’élection présidentielle en 2007, en atteignant le second tour.

Tout au long de son parcours, Ségolène Royal s’est résolument engagée à rendre la plus concrète possible son action politique. Elle est ainsi à l’origine de réformes emblématiques qui ont marqué l’évolution de la société :

  • la création du plan Handiscol, pour permettre à tous les enfants et adolescents handicapés de suivre une scolarité normale ou adaptée ;
  • la création du congé de paternité qui concilie pour la première fois, de façon concrète, l’égalité homme/femme ;
  • l’instauration de la garde alternée de l’enfant, dans le cadre d’une médiation familiale efficace ;
  • la protection de l’enfance, avec une lutte continue contre toutes les formes de violences.

Députée des Deux-Sèvres, de 1988 à 2007

Députée PS des Deux-Sèvres (2ème circonscription, Saint-Maixent), élue pour la première fois en 1988 et réélue en 1993, en 1997 et en 2002. Depuis 1988, Ségolène Royal a relayé et soutenu avec efficacité les projets de sa circonscription (Pays Mellois, Saint-Maxentais, Marais) :

  • pour améliorer l’environnement, la qualité de vie et le patrimoine : obtention d’aides de l’Etat pour l’aménagement de centres bourg, pour l’assainissement public, pour la replantation de haies ; aides pour la mise en place d’un plan vélo et de pistes pédestres ; obtention de financements pour la sauvegarde du patrimoine dans le cadre du lancement des Grands Travaux pour le Marais Poitevin qu’elle a initié : restauration du patrimoine lié à l’eau, sauvegarde du marais contre le projet d’autoroute, rénovation d’églises et de temples, création d’une charte architecturale.
  • pour développer l’agriculture : soutien auprès des éleveurs pour l’obtention des droits à produire du lait de chèvre, pour la mise en place de contrats territoriaux d’exploitation et l’encouragement à l’agriculture raisonnée, pour la sauvegarde de la race maraîchine et de la race Parthenaise et pour la mise en place d’un label qualité du terroir (dont l’AOC pour le Chabichou).
  • pour assurer une meilleure égalité des chances et favoriser la réussite scolaire : déblocage par l’Etat d’aides financières pour la rénovation ou la construction de nouvelles classes, soutien dans le maintien de classes rurales, mise en place de Contrats éducatifs locaux, création de nouvelles filières professionnelles dans les lycées, aménagement de structures d’accueil de la petite enfance.
  • pour mieux accueillir les anciens : soutien dans le développement et la rénovation de maisons de retraites et de lieux d’accueil des personnes âgées.
  • pour maintenir et développer l’emploi : aide dans la création de commerces multi-services ruraux, soutien à la mise en place de cellules reclassement pour les salariés frappés par la fermeture de leur entreprise.

En 2007, Ségolène Royal a décidé de ne pas se présenter de nouveau à cette élection. Delphine Batho a été élue députée.

Ministre de l’environnement (1992-1993), Ministre déléguée à l’Enseignement scolaire (1997-2000) et Ministre déléguée à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes Handicapées (2000 -2002)

Ministre de l’Environnement (gouvernement Pierre Bérégovoy, avril 1992 – mars 1993). Au cours de cette « année d’actions pour la planète », Ségolène Royal a mis en oeuvre une politique de l’environnement moderne et ambitieuse :
  • application de la loi sur l’eau (schémas d’aménagement et de gestion des eaux), création d’une Direction de l’eau, augmentation du budget des agences de l’eau, réforme de la police des eaux, coordination internationale de la gestion de l’eau).
  • traitement et recyclage des déchets (loi de juillet 1992), avec le soutien aux technologies innovantes pour le traitement et la collecte des déchets.
  • reconquête et préservation des paysages (loi sur les paysages de janvier 1993, avec la labellisation de 100 paysages et la promotion de leurs productions agricoles).
  • lutte contre le bruit (loi cadre de décembre 1992) : prévention du bruit des transports, dans les bâtiments publics (les cantines scolaires notamment), les lieux de travail…

 

Ministre déléguée à l’Enseignement scolaire (gouvernement Lionel Jospin, juin 1997 – mars 2000), Ségolène Royal a engagé son action dans trois directions :

  • pour une  » Ecole plus juste  » : avec la relance des zones d’éducation prioritaire, la création de fonds sociaux pour les élèves, la maîtrise des langages comme une priorité à l’école maternelle, la rénovation de la pédagogie au collège avec notamment l’instauration des « itinéraires de découverte ».
  • pour une « Ecole plus partenaire » : Ségolène Royal a donné une nouvelle place pour les parents d’élèves à l’école (création de la Semaine des parents à l’école et campagnes nationales pour les élections des représentants de parents). Un meilleur aménagement du temps de l’enfant a également été trouvé avec la création des Contrats éducatifs locaux et la reconquête de l’éducation à la citoyenneté a été mise en oeuvre avec les Initiatives citoyennes pour apprendre à vivre ensemble, constituant la mise en pratique de l’éducation civique qui est devenue obligatoire au Brevet des collèges.
  • pour une « Ecole plus protectrice » : la lutte pour les droits de l’enfant et contre la violence a été concrétisée par le vote de la loi de juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu’à la protection des mineurs. D’autres mesures ont été prises dans ce cadre : le combat contre le bizutage (loi de juin 1998), plusieurs campagnes contre le racket, la mise en place d’un numéro SOS Violences, la création des classes et des premiers internats-relais. Un véritable plan de rénovation de la santé scolaire a également été mis en place, avec notamment la revalorisation du rôle des infirmières scolaires et la mise à disposition de la pilule du lendemain dès le lycée.


Ministre déléguée à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes handicapées (gouvernement Lionel Jospin, mars 2000 – mai 2002). En décidant et en mettant en oeuvre des mesures concrètes et ciblées, Ségolène Royal s’est attachée à ce que toutes les familles soient mieux soutenues et mieux accompagnées dans toutes les circonstances ou aléas de la vie.

  • pour les familles : Ségolène Royal a promu une autre vision de la famille, avec la réforme de l’autorité parentale, la réforme de l’accouchement sous X, la création d’un livret de paternité, le soutien à l’adoption internationale. Elle a souhaité aussi mieux concilier les exigences de la vie familiale et de la vie professionnelle, avec un meilleur accueil de la petite enfance (plus de 20.000 places nouvelles en crèche) et la création du congé de paternité. Des prestations mieux adaptées aux familles ont également été mises en place : barème unique des aides au logement, congé et allocation de présence parentale, allocation d’éducation spéciale (parents d’enfants handicapés), pérennisation de l’allocation de rentrée scolaire…
  • pour la protection de l’enfance, dans le droit fil de ce qu’elle avait initié au ministère de l’enseignement scolaire, Ségolène Royal a continué à protéger l’enfant contre toutes les formes de violences : lutte contre les violences en institution (renforcement du SNATEM), contre la prostitution des mineurs (incrimination pénale du recours à la prostitution d’un mineur), protection contre la pornographie et lutte contre la pédo-pornographie (incrimination de la détention de documents de ce type), actions contre la violence dans les médias (création du collectif « Enfance et média »), lancement d’une grande campagne télévisée de sensibilisation et de prévention des violences sexuelles.
  • en faveur des Personnes handicapées : au-delà des mesures structurelles (comme la rénovation des COTOREP), Ségolène Royal s’est attachée à proposer des mesures concrètes, telles que : l’organisation du plan Handiscol’ pour la scolarisation et l’intégration des enfants et des adolescents handicapés ; le développement du parc de logement adapté, des aménagements en matière de transport (collectif et particulier) ; la création d’un label « tourisme et handicap ».

Parcours et bibliographie

Après avoir suivi des études secondaires dans les Vosges, Ségolène Royal a obtenu une licence de Sciences économiques. Elle est diplômée de l’IEP de Paris et ancienne élève de l’Ecole Nationale d’Administration (promotion Voltaire).


A sa sortie de l’ENA (1980), elle choisit une affectation de magistrat au tribunal administratif. Elle est ensuite (de 1982 à 1988) chargée de mission au secrétariat général de la Présidence de la République pour les questions de santé, d’environnement et de jeunesse.
En 1988, elle est élue pour la première fois députée PS des Deux-Sèvres En 1992, elle est nommée ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy et réélue en 1993 députée des Deux-Sèvres.


Réélue une nouvelle fois députée en 1997, elle est nommée par Lionel Jospin Ministre déléguée à l’Enseignement scolaire ; puis, de 2000 à 2002, Ministre déléguée à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes handicapées. Elle est réélue députée des Deux-Sèvres en 2002, et ne se représente pas en 2007.


Elle est candidate à l’élection présidentielle en 2007. Réunissant 9.5 millions d’électeurs au premier tour, elle est la première femme en France à accéder au second tour où elle recueille près de 17 millions de suffrages.


Ségolène Royal est l’auteur de plusieurs ouvrages :

  • Le Printemps des grands-parents (Laffont, 1987)
  • Le Ras-le-bol des bébés zapeurs (Laffont, 1989)
  • Paysans, paysages (Laffont 1992)
  • La Vérité d’une femme (Stock, 1996)
  • Maintenant (Hachette, 2007)
  • Ma plus belle histoire, c’est vous (Grasset, 2007)
  • Si la Gauche veut des idées (avec Alain Touraine, Grasset, 2008)
  • Femme debout (avec Françoise Degois, Denoël, 2009)
  • Obama, Lula, Forum Social, dix leçons convergentes (Fondation Jean Jaurès, 2010)
  • Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions (Plon, 2011)
  • Cette belle idée du courage (Grasset, 2013)
Mot(s) clé(s) :
Modifié le 28 nov. 2013
Créé le 7 juil. 2011